Brexit, et pendant ce temps la…

– jeudi 31 janvier

« Hard » Brexit, « soft » Brexit ou un nouveau référendum au Royaume-Uni ? L’adieu de Londres à l’Union européenne monopolise la presse avec ses rebondissements et ses questions toujours ouvertes. Pendant ce temps-là, pourtant, beaucoup d’autres événements ont eu lieu sur le territoire européen. En voici quelques exemples.

En Espagne, le début de l’année a été marqué par une vague de protestations contre le parti d’extrême droite Vox, devenu décisif pour la création du gouvernement régional en Andalousie. Suite aux élections locales du 2 décembre, cette formation nationaliste et ultra-catholique a fait son entrée dans les institutions espagnoles. Une première depuis la fin du régime franquiste en 1975 ! Des milliers de personnes et notamment des femmes ont donc décidé de manifester contre ce parti qui prône entre autres l’interdiction du droit à l’avortement. Des rassemblements ont eu lieu dans plus de 100 villes, et notamment à Madrid, Barcelone et Séville, capitale de l’Andalousie.

La Pologne, quant à elle, a été secouée par la mort du maire de Gdansk, Pawel Adamowicz, poignardé le 13 janvier devant des centaines de personnes alors qu’il participait à un concert de charité. L’assassin, un repris de justice de 27 ans, accusait le maire progressiste d’être responsable de sa condamnation. Mais depuis le soir du drame, la Pologne s’interroge sur la responsabilité du climat politique dans le pays derrière ce geste fou. « Les mots ont tué mon mari », a déclaré Magdalena Adamowicz, épouse de la victime. Elle fait référence au « discours de haine » véhiculé par une partie de la presse et de la classe politique polonaise. Les commémorations de l’assassinat du maire de Gdansk ont ainsi pris une tournure politique.

Une importante actualité politique a également marqué ce mois de janvier en Suède. Après quatre mois d’impasse, le pays a vu la formation d’un nouveau gouvernement. Stefan Löfven, ancien premier ministre social-démocrate, a été reconduit à son poste, grâce à un accord avec les Verts et au soutien du Centre et des Libéraux. Il sera à la tête d’un exécutif minoritaire, tandis que l’opposition grandit. Lors des élections du 9 septembre, le parti d’extrême droite « les Démocrates de Suède » avait en effet remporté plus de 17 % des voix, alors que le nouveau gouvernement Löfven est l’un des plus faibles qu’ait connu le pays depuis soixante-dix ans. La traditionnelle alternance gauche-droite en Suède pourrait bientôt être interrompue par l’entrée sur la scène politique de l’extrême droite.

Et puis deux accords internationaux ont aussi vu le jour en ce début d’année.

Grèce et Macédoine ont mis fin à un contentieux diplomatique de près de trente ans. Le 25 janvier, le parlement d’Athènes a ratifié l’accord signé l’été dernier entre les premiers ministres grec Alexis Tsipras et macédonien Zoran Zaev. La jeune république balkanique, reconnue internationalement avec l’acronyme FYROM ou ARYM en français (Ancienne République Yougoslave de Macédoine) a décidé de changer son nom en « Macédoine du Nord ». « C’est une journée historique », a déclaré le leader grec Tsipras, se réjouissant que son pays ait assuré « la défense d’une part importante de son histoire : l’héritage de l’ancienne Macédoine grecque ». La Macédoine, de son côté, a ratifié cet accord le 11 janvier dernier, et elle se prépare maintenant à devenir le 30e pays membre de l’Otan, une adhésion rendue possible grâce à l’accord avec la Grèce.

Enfin, France et Allemagne ont souscrit un traité bilatéral le 22 janvier. Réunis à Aix-la-Chapelle en Allemagne, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont voulu relancer la coopération franco-allemande, avec un texte qui prévoit d’avantage de coopération dans les régions transfrontalières, ainsi qu’une convergence des politiques économique, étrangère et de défense et la création d’une assemblée parlementaire commune, composée de cent députés français et allemands. Un geste qui vise à redonner de l’élan au projet européen, alors même que l’un des États membres se prépare à quitter l’Union…

Actualité suivante
Petit topo sur les accords commerciaux

Actualité précédente
Etudiants Erasmus, que se passera-t-il après le Brexit ?


Voir les autres actus de l’UE