It’s a mess!

– Mercredi 15 janvier

Il était 20 heures hier soir lorsque les Européens ont appris que le parlement britannique rejetait l’accord de sortie du Royaume-Uni, négocié entre leur gouvernement et les 27 états membres.

Alors les Britanniques sortiront de l’Union le 29 mars sans accord négocié ?
Pas si vite. La politique est un monde plein de rebondissements et de scénarios alternatifs. La sortie sans accord du Royaume Uni, ce que l’on appelle le NO DEAL, est loin d’être la seule option crédible.

En fait, côté UE, on ne peut pas faire grand chose pour faire avancer la situation. La balle est dans le camp des Britanniques. Ces derniers n’ont pas de position unifiée qui pourrait servir de base à une réouverture des négociations. Que souhaitent les Anglais, étant donné qu’ils n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un mandat de négociations et sur leurs volontés et lignes rouges ? On sait ce qu’ils ne veulent pas — l’accord présenté — mais pas ce qu’ils veulent. Outre-Manche, certains demandent un nouveau référendum sur le Brexit, d’autres la démission de Theresa May, d’autres encore s’insurgent contre la solution trouvée pour empêcher toute frontière physique entre les deux Irlande et qui maintient le Royaume-Uni dans le giron européen pour une période indéterminée, etc.

Bref, it’s a MESS!
Si la Première Ministre n’est pas renversée par son parlement lors d’un vote décisif ce mercredi soir, elle devra présenter son “plan B” lundi à Westminster. Un autre vote du Parlement interviendra sur ce nouveau texte mais rien ne garantit qu’il sera ensuite jugé acceptable par les 27 États membres.

Le problème, c’est que le temps est compté. Le 29 mars reste pour le moment la date de sortie prévue. Sur demande des Britanniques, il est possible de repousser cette date limite afin de reprendre les débats à la fois en interne et avec l’UE, si l’Union estime que le Royaume-Uni a finalement obtenu en interne un mandat de négociation suffisamment clair.

Depuis le déclenchement de la procédure de Brexit, beaucoup d’inconnues demeurent. Parmi les incertitudes majeures, il en est une qui s’est fait jour cette semaine : que se passera-t-il si la période de négociation est prolongée et conduit les Britanniques à rester membres de l’UE en mai prochain, au moment où se tiendront les élections au Parlement européen

On suit ça de près avec vous. A très vite.

Actualité suivante
Stand by

Actualité précédente
Plan B


Voir les autres actus de l’UE