Vidéos

Cartes

Jeux

News

Dossiers

Liens

6 seconds


Commandez
nos outils !


Le mémento

L’exposition

Les animations


Contact


Vidéos

Cartes

Jeux

News

Dossiers

Liens

Que recherchez-vous ?

Actu

Quid de la vague extrémiste attendue aux élections européennes

L’actu du 3 juin 2019 /

« La géographie a changé en Europe ». Au lendemain des élections européennes de dimanche 26 mai, le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini a célébré en ces termes la victoire de sa formation d’extrême droite, la Ligue. Avec plus de 34 % des votes, ce mouvement allié du Rassemblement national en Italie est devenu le premier parti du pays. Pour Salvini, ce résultat marque le début d’une nouvelle phase. « Maintenant, nous allons changer l’Europe », a-t-il déclaré dimanche soir.
Mais quel est l’état des lieux ailleurs en Europe ? Les mouvements nationalistes ont-ils vraiment enregistré une percée dans l’ensemble de l’Union européenne ? Et seront-ils en mesure de « changer » le Vieux Continent ? A bien regarder les résultats du vote sur l’ensemble des 28 Etats membres, la situation paraît bien différente.
L’Europe des Nations et des Libertés (ENL), le groupe parlementaire dont fait partie la Ligue de Matteo Salvini, a remporté 58 eurodéputés, composés pour la plupart par les représentants de la Ligue (28) et ceux du Rassemblement national (22). Par rapport à 2014, ce groupe obtient 22 sièges de plus, mais demeure largement minoritaire sur le total de 751 personnes qui composent l’hémicycle de Strasbourg.
Au-delà de l’ENL, deux autres groupes parlementaires, très critiques vis-à-vis de l’Union européenne, pourraient soutenir les ambitions de Salvini. Mais ces formations n’ont pas enregistré de progression significative.
D’un côté, le Groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) – où se le Mouvement 5 étoiles italien ou encore le Brexit Party de Nigel Farage – est passé de 42 représentants en 2014 à 54 en 2019. De l’autre, le Groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE), composé par une quinzaine de partis, a vu le nombre de ses membres passer de 77 en 2014 à 63 aujourd’hui.
Au total, donc, ces trois groupes ont remporté ensemble 20 eurodéputés de plus qu’en 2014 et cela sur un total de 751. Pas de quoi « changer la géographie » du parlement.
Mais quelles seraient les politiques que ces groupes voudraient réaliser, s’ils en avaient le pouvoir ?
Lors de leur dernière rencontre à Milan le 18 mai dernier, plusieurs mouvements nationalistes européens ont présenté leur agenda commun. La lutte à l’immigration, la promotion des « valeurs chrétiennes de l’Europe », ou encore la volonté de réduire les compétences de l’Ue figurent parmi les priorités communes de ces partis.
D’autre part, de nombreux éléments divergents persistent. La Ligue prône davantage d’élasticité dans la gestion des budgets nationaux, alors d’autres formations, comme le FPÖ autrichien, défendent la rigueur prévue par les traités. Les relations avec Moscou posent aussi un problème. Pour les Polonais du PiS, Salvini et Le Pen sont beaucoup trop russophiles…
Qui va alors « changer l’Europe » avec Salvini et comment ? La presse européenne répond que à ce jour le seul grand parti à avoir rejoint le duo Ligue/RN demeure le Brexit Party de Nigel Farage. Mais cette formation est censé quitter le parlement européen lorsque le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez partager avec les autres européens dans les années à venir ?

Immersion citoyenne sur l’Europe et l’Union européenne

Tous les jours l’actualité européenne nous donne des éléments à la fois de notre diversité et de ce qu’on construit avec les autres Européens. Retrouvez l’essentiel des actus ici et gardez le fil !

Et vous, à Romain… vous auriez répondu quoi ?

L’Europe c’est pas sorcier ?

L’Europe c’est pas sorcier est une opération transmedia, participative et intergénérationnelle sur l’Europe dédiée aux enfants, aux adolescents et jeunes adultes, aux parents et grands parents.

En mettant les internautes en immersion sur les sujets européens qui les intéressent, ce site est un des éléments de l’opération L’Europe c’est pas sorcier qui se décline aussi en une exposition, un mémento et des événements en région.

C’est L’Union européenne expliquée à tous. Son histoire, les gens qui y vivent et qui la font, les traités, les institutions et leurs rôles, les chefs d’Etat et les commissaires, les ministres et les députés, les sujets de tous les jours et l’Europe de demain.

L’opération est produite à l’initiative de et par Graine d’Europe qui associe sa démarche de sensibilisation à l’Europe à la philosophie de l’émission « C’est pas sorcier » pour créer le concept « L’Europe c’est pas sorcier », en partenariat avec France Télévisions.

Commandez nos outils !


Le mémento

L’exposition

Les animations
Une production
avec
Nos partenaires en région