Vidéos

Cartes

Jeux

News

Liens

6 seconds


Commandez
nos outils !


Le mémento

L’exposition

Les animations


Contact


Vidéos

Cartes

Jeux

News

Liens
Dossier

Un internet européen

Dans « Et bim ! », Noa lui, partagerait le même internet, mais européen.

Comment mieux protéger les données personnelles des citoyens de l’Union européenne (UE)? Depuis 2013, et les révélations par Edward Snowden d’un vaste système de surveillance d’Internet orchestré par la NSA américaine, cette question s’est imposée sur le devant de la scène politique européenne. Et reste omniprésente au gré des scandales entourant les pratiques des géants américains du secteur du numérique, les célèbres GAFAM (pour Google, Apple, Facebook, Amazon, et Microsoft).
Le dernier en date, l’affaire Cambridge Analytica, a révélé au printemps 2018 comment l’entreprise du même nom avait récolté les données personnelles de plus de 87 millions de profils d’utilisateurs Facebook, y compris européens, pour les utiliser à des fins politiques, notamment lors de la campagne référendaire du Brexit. Sommé de s’expliquer devant les parlementaires européens, Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, a été pointé du doigt pour l’utilisation sans consentement faite des données des utilisateurs de son réseau social.
Pour autant, la marge de manœuvre des européens est réduite, car comment stopper ces pratiques dans un secteur du numérique où quelques entreprises américaines règnent sur le marché européen en situation de quasi-monopole ? En 2014, seulement 9 des 100 premières sociétés mondiales du numérique avaient d’ailleurs leur siège au sein de l’Union européenne.
Peu de rivaux européens
Des entreprises européennes tentent bien de concurrencer les géants américains. C’est le cas des hébergeurs de données OVH et Gandi, ainsi que du moteur de recherche français Qwant. Celui-ci se revendique plus vertueux que ses comparses américains en affirmant ne pas utiliser les données personnelles de ses internautes pour leur proposer des résultats plus ciblés. Mais la start-up française est loin de faire de l’ombre à Google : selon une étude de l’institut de sondages Ifop, elle n’est utilisée que par 4% des Français. Et ambitionne d’atteindre 5 à 10% du marché européen d’ici dix ans.
En fait, l’effet de réseau est tel que plus une plate-forme attire d’utilisateurs, plus d’autres utilisateurs et annonceurs ont intérêt à l’utiliser. Et ce mécanisme réduit les chances de nouveaux concurrents de s’imposer.
Une régulation européenne plus stricte
A défaut de pouvoir faire émerger, pour l’instant, un champion du numérique européen, l’Union européenne a décidé d’imposer des règles plus strictes aux entreprises et aux administrations qui traitent les données personnelles des citoyens européens. C’est le but du Règlement général sur la protection des données (RGPD) entré en vigueur en mai 2018. Il oblige notamment les entreprises à donner aux citoyens davantage de contrôle sur leurs données personnelles en ligne ainsi que sur l’utilisation qui en est faite par des tiers.

Immersion citoyenne sur l’Europe et l’Union européenne

Qu’est-ce que vous souhaiteriez partager avec les autres européens dans les années à venir ?
Les sujets abordés ici sont tous collectés auprès des personnes à qui nous avons posé la question.
Et vous, à Fred, vous lui auriez répondu quoi ?

Dossier

A travail égal, salaire égal ?

Nul besoin de voyager bien longtemps pour se rendre compte combien les salaires peuvent varier entre voisins européens. Progressivement pourtant, la construction européenne a bien cont (...)
Ok coach !
Et bim !
Bonne idée !
Un grand champion
Pas mal !
Dossier

Etudier ailleurs en Europe directement après le bac ?

Dans « Ok coach ! » la première chose qui vient à l’esprit de Romain quand Fred lui pose la question c’est le fait de pouvoir aller étudier en Europe le plus tôt possible. La mobilité internationale (...)
Dossier

Un président pour l’Europe ?

On reproche souvent à l’Europe de ne pas avoir de visage, d’être une sorte d’autorité obscure dirigée par les “technocrates bruxellois”. C’est vrai, l’Europe n’a pas de Président… …En fait, elle en a au moins trois ! (...)
Et aussi...
Cher de pouvoir !
Dossier

Passer son permis à Copenhague ?

Dans « Et bim ! » Simon aimerait qu’il soit possible de passer son permis là où, en Europe, on  lui apprendrait à conduire avec les vélos. Passer son permis de conduire à l’étranger, est-ce possible ? Par (...)
Dossier

Mettre les transports en commun ?

Dans « Et bim ! », Léa pense d’emblée à partager la même carte de transport que les lettons,  les espagnols… Mutualiser les réseaux de transports en commun entre les villes de l’Union européenne. Cette idé (...)

L’Europe c’est pas sorcier ?

L’Europe c’est pas sorcier est une opération multimédia, interactive et intergénérationnelle sur l’Europe dédiée aux enfants, aux adolescents et jeunes adultes, aux parents et grands parents.

En mettant les internautes en immersion sur les sujets européens qui les intéressent, ce site est un des éléments de l’opération nationale qui se décline aussi en une exposition, un mémento et des événements en région.

C’est l’Europe expliquée par Fred et Jamy. Son histoire, les gens qui y vivent et ceux qui la font, les traités, les institutions et leur rôle, les chefs d’Etat et les commissaires, les ministres et cette année surtout, les députés.

L’opération est produite à l’initiative de et par Graine d’Europe qui associe sa démarche de sensibilisation à l’Europe à la philosophie de l’émission « C’est pas sorcier » pour créer le concept « L’Europe c’est pas sorcier », en partenariat avec FranceTVEducation.

Commandez nos outils !


Le mémento

L’exposition

Les animations
Une production
avec
Nos partenaires en région