Quelques actus-pays

– Vendredi 22 juin

Un changement de nom pour la Macédoine

Dimanche 17 juin, les gouvernements grec et macédonien se sont accordés sur le nouveau nom de l’actuelle République de Macédoine. Cette dernière se nommera « la République de Macédoine du Nord ».

Un accord exceptionnel car ce nom entrainait de nombreux conflits géopolitiques entre les deux états. La République de Macédoine est un pays de l’ex-Yougoslavie devenu indépendant en 1992 et que la Grèce refusait de reconnaître sous ce nom pour des raisons historiques et territoriales, notamment parce que la Macédoine est aussi le nom d’une région grecque.

Étant candidate à l’UE et à l’OTAN — deux organisations dont la Grèce est membre —, la République de Macédoine trouvait continuellement ses processus d’adhésion bloqués par le véto grec qui faisait ainsi pression sur elle pour qu’elle change de nom.

Cet accord a été ratifié par le parlement macédonien et soutenu par le conseil européen. Toutefois, les citoyens de la  République de Macédoine seront consultés cet automne par referendum pour entériner ce choix.

En ce mois de juin, il y avait deux échéances pour les Macédoniens, le sommet européen et le sommet de l’OTAN qui devaient respectivement étudier ces candidatures. Il était donc nécessaire que les deux états coopèrent afin de relancer le processus d’intégration de ce  pays des Balkans.

 

Le nouveau gouvernement espagnol

Le 1er juin 2018, le premier ministre de l’Espagne depuis 2011, Mariano Rajoy, quitte ses fonctions après que le parlement espagnol a voté une motion de censure contre l’exécutif.

Son successeur est Pedro Sanchez, il était député socialiste avant d’arriver à la tête du gouvernement. Il compose un gouvernement majoritairement féminin et pro-européen. Néanmoins, ce gouvernement est minoritaire au sein du parlement espagnol ce qui signifie qu’il fera face à des difficultés pour passer certaines mesures ou devra s’appuyer sur les partis indépendantistes ou de gauche radicale pour appuyer ses initiatives.

Sur la question catalane, le nouveau premier ministre parle de résoudre la crise par le dialogue.

A suivre …

 

L’Italie après les élections

En avril dernier les italiens votaient lors des élections législatives. Les principaux partis élus sont des partis de droites populistes. Des résultats qui ont entrainé une chute des marchés financiers et remettent en question les relations avec l’Union Européenne du fait de l’orientation europhobe de ces partis. Les relations sont notamment tendues sur la question migratoire…

A suivre…

Actualité suivante
Feu vert du Conseil européen

Actualité précédente
Que vont devenir les sièges britanniques ?


Voir les autres actus de l’UE