Quoi de neuf pendant les vacances?

– Lundi 6 novembre 2017

Alors quoi de neuf pendant les vacances ?

Rien de nouveau question Brexit.
L’Union européenne attend toujours des réponses claires de la part de Theresa May sur les trois grandes questions dont l’UE a fait un préalable aux négociations commerciales avec le Royaume-Uni. En effet, toujours pas d’infos concrètes officielles de la part du gouvernement britannique sur le statut des Européens vivant en Grande-Bretagne, sur la frontière extérieure de l’UE qui va de fait se dessiner entre l’Irlande du Nord et la république d’Irlande, et pas de réponse sur les milliards d’euros que les Britanniques devront à l’UE au moment de leur sortie en mars 2019.
A la place de cela, Theresa May fait savoir que les négociations commerciales devraient commencer quoi qu’il en soit. On peut percevoir facilement que, sans le dire ouvertement, la Première ministre britannique aimerait se servir du poids commercial et financier de la Grande-Bretagne pour obtenir plus de concessions de Bruxelles sur ces sujets…

Ca bougerait un peu sur le glyphosate ?
Vous avez suivi ? Le glyphosate, un herbicide très efficace qui est largement utilisé dans l’agriculture, a fait l’objet de nombreuses études qui le qualifient de dangereux pour la santé.
Petit rappel : à l’échelon européen, c’est à la Commission européenne que revient la décision de donner ou non l’autorisation d’utiliser le glyphosate comme herbicide dans les pays membres de l’UE. Or l’autorisation en cours vient à échéance en décembre prochain.

C’est un sujet très important qui touche à la fois à la santé des Européens et au modèle économique et de production des agriculteurs. Alors la Commission a dépêché un comité d’experts pour l’aider à trancher sur le sujet.  On attendait leur réponse pour le 25 octobre mais ils ne se sont pas mis d’accord et doivent poursuivre leurs discussions.

Parallèlement les eurodéputés ont eux donné leur avis le 25 octobre, en adoptant une résolution qui exige l’élimination immédiate du glyphosate dans les ventes aux  particuliers et son élimination progressive d’ici à cinq ans dans l’agriculture de l’Union européenne.

De leur côté les ONG et les citoyens européens avaient déjà soumis une initiative européenne à la Commission visant à stopper l’utilisation de l’herbicide.

En France, le ministère de le Transition écologique et solidaire et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation proposent de reconduire l’autorisation respectivement pour 3 ou 5 ans, le temps de trouver une alternative à cet herbicide.

Clairement, malgré la pression des lobbies qui, pour des raisons économiques, militent pour le maintien du glyphosate, la Commission européenne est plutôt encline à penser que maintenir l’autorisation pendant 10 nouvelles années est trop risqué.

A suivre sans tarder, dans les semaines qui viennent…

Question dumping social, on avance.
La directive sur les travailleurs détachés devrait être réformée. Lors du dernier Conseil européen, c’est-à-dire la réunion des 28 chefs d’état et de gouvernements européens, seuls quatre pays — la Pologne, la Hongrie, la Lituanie et la Lettonie — ont refusé les nouveaux principes de détachement proposés.

Il restera à convaincre l’Irlande et la Croatie, qui se sont abstenues, tout comme la Grande-Bretagne sortante.

En dehors du secteur des transports qui va relever d’une autre directive, cela signifie par exemple qu’un travailleur détaché par une entreprise hongroise pour travailler sur un chantier français ne pourra plus être payé au bas salaire pratiqué pour le même type de poste en Hongrie. Il devra bien être payé au même salaire que les travailleurs français. Intéressant, à la fois pour l’égalité salariale et pour éviter qu’à l’embauche ce soient trop souvent les travailleurs dont les salaires sont les plus bas qui obtiennent le job.
Autre nouvelle mesure : le détachement d’un travailleur qui pouvait être de 24 mois devrait être réduit à 12 mois.
Reste que les charges sociales seront toujours celles du pays d’origine.

Ah tiens, et aussi !
Autre sujet, les eurodéputés planchent aussi sur la protection des données personnelles, vous le savez. Ils comptent notamment interdire les fenêtres qui bloquent l’accès à des sites internet si l’utilisateur ne donne pas son consentement à l’utilisation des cookies.

A suivre…

Actualité suivante
Cinq vs trois !

Actualité précédente
Petit récap depuis la rentrée


Voir les autres actus de l’UE