Un nouvel accord sur les migrants entre l’UE et la Turquie

– Mercredi 30 mars 2016 –

Les 28 membres de l’UE ont adopté un nouveau plan pour gérer l’arrivée des migrants sur le territoire de l’Union. Ce plan a pris effet le 20 mars.

La route des Balkans pour les migrants est fermée. Les pays situés entre la Grèce et l’Allemagne ne laissent plus passer aucun migrant, sauf cas humanitaire exceptionnel. Résultat : des dizaines de milliers de personnes migrantes sont bloquées en Grèce. Le gouvernement grec essaie de les convaincre de ne plus rester près des frontières au nord du pays et de se rendre dans des centres d’accueil, où leurs dossiers seront traités.

Dans ce contexte, les pays de l’UE comptent sur le gouvernement turc pour maintenir les migrants en Turquie. Le pays compte au total 2,7 millions de personnes migrantes.

Le Conseil européen et la Turquie ont alors décidé d’utiliser une nouvelle méthode. Les migrants arrivés en Grèce depuis dimanche 20 mars seront renvoyés vers la Turquie. D’autre part, tous les migrants voulant se rendre dans l’UE devront au préalable s’installer dans des camps en Turquie. Là, les autorités turques et européennes examineront leurs dossiers.
Pour chaque migrant renvoyé de Grèce en Turquie, l’UE répartira dans un pays de l’Union un réfugié qui aura bien suivi la procédure turque.
Au terme de cet accord l’UE va accepter au maximum 72 000 migrants.

En contrepartie de cet effort fait par la Turquie, l’UE promet de faciliter l’obtention de visas pour les Turcs voulant se rendre dans l’UE, de relancer le processus d’adhésion du pays à l’UE et de verser 3 milliards d’euros à la Turquie.

L’ONU critique cet accord : l’organisation pense qu’il y a des risques d’injustice et d’expulsions arbitraires.

Actualité suivante
Le bien-etre animal en question

Actualité précédente
Le mandat d’arret européen, quésaco ?


Voir les autres actus de l’UE