Les visas court sejour entre l’UE et la Turquie

– Mercredi 11 mai 2016 –

La Commission européenne a proposé officiellement d’ajouter la Turquie sur la liste des pays exemptés de visas pour les séjours de moins de 90 jours dans l’UE. La Turquie ne serait pas la seule à bénéficier de cette mesure. Par exemple, La Commission a déjà proposé la fin des visas de court séjour pour l’Ukraine.

La situation avec la Turquie est particulière : c’est une contrepartie à la promesse faite par la Turquie de maintenir les migrants qui viennent de Syrie et d’Irak sur son sol et de les empêcher de venir dans l’UE.

La procédure de libéralisation des visas proposée est stricte : elle doit correspondre au respect de 72 critères. Selon la Commission, la Turquie en respecte déjà plus de 65. Mais des critères très importants ne sont toujours pas respectés, comme la lutte contre la corruption, la coopération judiciaire avec l’UE… Autres problèmes pour la Commission, de nombreux doutes entourent la question des libertés en Turquie et le gouvernement turc ne reconnaît toujours pas l’existence de Chypre, Etat-membre de l’UE.

La Commission européenne estime que la Turquie est en voie d’adopter des mesures pour se conformer aux derniers critères requis et qu’ainsi, le Parlement européen et les États-membres pourront donner leur accord.

De son côté, le Parlement européen continue à exprimer des réserves et insiste sur le fait que la Turquie n’est pas encore prête pour être exemptée de visas. Certains députés estiment que l’UE cède au chantage de la Turquie, qui arrêterait de s’occuper des réfugiés si cette fin des visas courts n’était pas adoptée.

Il faut préciser que l’exemption de visa est toujours réciproque : si l’UE met fin aux visas de courts séjours, la Turquie fera de même pour les citoyens européens.

Actualité suivante
Des nouvelles de la crise grecque

Actualité précédente
Le prix Charlemagne pour la jeunesse est décerné !


Voir les autres actus de l’UE